Présentation

JPEG

Né sur les cendres du rock alternatif et dans le bouillonnement de la nouvelle chanson française, Electric Bazar Cie joue au départ, sous le nom de « Retire Tes Doigts », une musique acoustique, festive et hyper-énergique. Les textes, en français et en anglais, abordent les thèmes inhérents à la jeunesse du monde : la liberté, l’aventure et les filles. La formation, guitare, chant, contrebasse, violon, clarinette, batterie leur permet de jouer partout, dans la rue, les bars et les petits festivals de la région. Elle leur permet également de faire leurs premiers voyages, en République Tchèque, Pologne et Espagne en 2000.
En 2001 la rencontre avec l’accordéoniste Jérôme Soulas, qui fera partie du groupe pendant 8 ans, oriente leur musique vers les sonorités tziganes de Roumanie et les musiques des Balkans.
Retire Tes Doigts va parcourir les clubs et festivals de France et d’Europe avec cette formule pendant 4 ans (Allemagne, Belgique, Bosnie, Espagne, Suisse), devenant un excellent groupe de scène. Ils noueront un lien particulièrement fort avec la république Tchèque où la formation jouera de nombreuses fois.

En 2005, le groupe sort son premier album et change de nom. Il devient « Electric Bazar Cie », le disque s’appelle « Retire Tes Doigts ». Il sera distribué nationalement par le label « IRFAN », label du groupe « Les Ogres de Barback » avec lequel Electric Bazar Cie entretient des relations amicales. Il sera vendu à 2500 exemplaires environ. Cet album est une compilation de tous les titres composés par le groupe entre 1998 et 2005.

Le passage de la rue à la scène a amené les musiciens à travailler un son plus électrique. L’ingénieur du son Julien Le Vu a rejoint l’équipe en 2003, il s’occupe du son en tournée mais aussi des enregistrements. Une volonté d’aller vers une esthétique plus rock’n roll, tout en gardant un pied dans les musiques des Balkans, se fait sentir. Le pont entre Memphis et Bucarest est en train de se construire.

Entre 2005 et 2007, le groupe donne 160 concerts dans le réseau des clubs et festivals en Europe.

JPEG

En 2007, le deuxième album d’ Electric Bazar Cie sort sous le nom de Tamboo. Toujours distribué par IRFAN,il se vendra à 2500 exemplaires également.
Le titre éponyme Tamboo est un morceau de musette de l’accordéoniste Jo Privat revisité par le groupe dans une version surf-rockabilly. Il incarne le son et l’esthétique que le groupe veut avoir : un mélange entre la musique populaire et le rock’n roll.

Une grande tournée suivra cet album. Un enregistrement Live d’un concert à Poitiers sortira en 2009, témoignage de l’importance qu’a la scène pour ce groupe et de l’énergie sauvage qu’il y déploie lors des concerts. Ce disque s’appelle sobrement « En concert ». Il est pressé en série limitée (700 exemplaires) et vendu avec une sérigraphie et des photos de voyages.

Des changements de musiciens dans la formation originelle s’effectuent. Le contrebassiste François SOLHA est remplacé par Jonathan CASERTA et l’accordéoniste Jérôme SOULAS est remplacé par Guillaume LE GUERN à la clarinette.
Le changement entre l’accordéon et la clarinette est un pari. Il faut conserver l’identité sonore que s’est forgée le groupe au cours de son évolution tout en s’enrichissant de cette nouveauté.
Le groupe est amené à réarranger son répertoire et à travailler sur des nouvelles compositions.

Le troisième album studio d’Electric Bazar Cie sort en 2010. Il s’appelle « Psychotiko ». Il est encore distribué par le fidèle label « IRFAN ».
Cet album est dans la continuité de Tamboo, une rencontre entre la musique américaine des années 60 et les musiques traditionnelles d’Europe centrale. La nouveauté vient de l’apport, par la clarinette, de thèmes venus de Grèce et de Bulgarie joyeusement mélangés au blues et au psychobilly.

JPEG

Entre 2011 et 2012, le groupe se consacre à l’écriture et à la création d’un cabaret musical sous chapiteau : AVOLO. Le spectacle réunit 17 personnes, il mèle musique, théâtre, danse et théâtre d’ombre. Il raconte l’histoire d’un voyage autour du monde dans les cales d’un navire de commerce.
Electric Bazar Cie, en plus de quelques compositions originales, y interprète un répertoire de musiques traditionnelles de Colombie (Cumbia), de Grèce (Rébétiko) et des Balkans ainsi qu’un bal musette. Pour cette création, ils sont accompagnés de l’accordéoniste Pascal CUFF.

Electric Bazar Cie, aujourd’hui à quatre musiciens, après le départ de Pierre LE COQ au violon, s’investit pleinement dans la création d’un nouveau répertoire : Seamen and Travellers.
Toujours à la recherche de recettes musicales inédites, Electric Bazar Cie avance encore et toujours avec cet esprit rock et cette liberté totale.

Seamen And Travellers Vol.2

Télécharger l’album au format numérique à l’aide du code que vous trouverez sur la carte de téléchargement fournie avec le vinyle.

Site réalisé avec SPIP | | Contact | Ancien site | Suivre la vie du site RSS 2.0